2019/Vol.2-N°4: Éducation, santé et bien-être en Afrique
Editorial: Éducation, santé et bien-être en Afrique
Education, health and well-being in Africa

YEO Soungari
Enseignant-chercheur
Institut de Recherche, d’Expérimentation et d’Enseignement en Pédagogie (IREEP)
Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’ivoire
ysoungari@yahoo.fr

ANON N’guessan
Enseignant-chercheur
l’Institut de Recherche, d’Expérimentation et d’Enseignement en Pédagogie (IREEP)
Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’ivoire
anon05_guessan@yahoo.com


Texte intégral




Le programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté par l’Assemblée Générale des Nations Unies en septembre 2015, met en exergue les questions d’éducation, de santé et de  bien-être. Parmi les dix-sept objectifs de développement durables définis dans ce programme (ONU, 2015), l’on relève l’objectif 3 « Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge » et l’objectif 4 « Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. » Ces deux qui mettent un accent particulier sur l’éducation, la santé et le bien-être, aideront, sans aucun doute, à la réalisation des autres objectifs de développement durables. Et c’est dans cette vision, évoquant le rôle primordial de l’éducation dans la société, l’Unesco (2017) indique qu’elle aidera à l’accomplissement des objectifs de développement durable et constitue, de ce fait, un moyen d’amélioration de la santé et du bien-être des populations. Il existe donc un lien important entre l’éducation, la santé et le bien-être. En effet, si la santé conditionne le processus éducatif (OMS, 1997), il faut indiquer qu’une éducation de qualité constitue l’une des clés d’une meilleure santé et donc de bien-être.
En Afrique, les questions d’éducation, de santé et de bien-être sont des questions extrêmement importantes et liées. En prenant le cas de l’éducation, on note avec l’Unesco (2018) que parmi toutes les régions, l’Afrique a les taux les plus élevés d'exclusion de l'éducation. Plus d’un cinquième des enfants âgés d’environ 6 à 11 ans n’est pas scolarisé, suivi par un tiers des enfants âgés d’environ 12 à 14 ans.
Au niveau de la santé, il reste encore beaucoup à faire, même s’il y a eu des progrès ces dernières années. Selon l’OMS (2018), il y a eu une amélioration de l’état de santé des populations en Afrique entre 2012 et 2015. Toutefois,  l’on note l’existence d’inégalités car la durée de vie en bonne santé la plus élevée est enregistrée dans les pays dont les économies sont en meilleur état. Aussi, souligne l’OMS, bien qu’elle ait enregistré des améliorations, l’Afrique part d’une base très faible, et les niveaux actuels restent inférieurs à ceux du reste du monde.
L’analyse de ce qui précède permet de dire que le quatrième numéro de la Revue Espace, Territoires, Sociétés, Santé (RETSSA) arrive à point nommé en ce sens que les questions qui y sont soulevées et traitées s’inscrivent dans le programme de développement durable adopté par l’Organisation des Nations Unies et interpellent par la même occasion, tous les acteurs du développement socioéconomique et culturel en Afrique. Ce numéro est organisé en dossier thématique et en dossier varia. Commençons par analyser les articles du dossier thématique.

1. DOSSIER THÉMATIQUE

La contribution de AKMEL Meless Siméon portant sur « OPINIONS, COMPORTEMENTS ET CONSÉQUENCES LIES A L’UTILISATION DES PRÉSERVATIFS CHEZ LES ÉTUDIANTES DE BOUAKÉ » s’intéresse à un problème de santé chez les jeunes filles, et plus précisément chez les étudiantes de Bouaké. L’auteur s’est attelé  à analyser non seulement les opinions, mais aussi à expliquer les comportements sexuels et les problèmes de santé chez cette population. Son travail pose en filigrane, la question de l’éducation à la santé à l’école. Dans cette même logique, AMALAMAN Djedou Martin, N’DRI Kouassi Kan Nestor et KONÉ Issiaka, dans leur article intitulé « RÉPRÉSENTATIONS SOCIALES ET PRÉVENTION DE LA RAGE CHEZ LES ÉLÈVES DU PRIMAIRE À BOUAKÉ ET À SAN-PEDRO EN CÔTE D’IVOIRE », évoquent une maladie qui est souvent négligée et qui, pourtant conduit à la mort : la rage. Leur étude analyse les représentations sociales de la rage, chez 100 élèves du primaire, à Bouaké et à San Pedro en Côte d’Ivoire. Les résultats de cette étude montrent que 63% des enfants ne connaissent pas la rage. Contrairement aux auteurs cités ci-dessus qui traitent  des questions de santé, BADOLO Bawala Léopold dont l’article est intitulé « APPLICABILITÉ DE LA PSYCHOLOGIE HUMANISTE EN MILIEU ÉDUCATIF BURKINABÈ » s’intéresse à la psychologie humaniste qui est censée  normalement améliorer le bien-être de l’apprenant et le rendement scolaire. Les résultats obtenus indiquent que les tentatives d’application des principes énoncés par ce courant théorique sont phagocytées par de nombreuses difficultés.
Quant à GOHOUROU Florent, il s’est appesanti sur les « STRATÉGIES D’INSERTION SPATIALE ET SOCIO-CULTURELLE DES ÉTUDIANTS AFRICAINS EN FRANCE: CAS DE POITIERS ». Son étude a montré que l'arrivée à Poitiers des étudiants africains est facilitée par l’existence d’un réseau de connaissance “poitevin’’, par la pluralité des domaines et unités de formation ainsi que la non-augmentation des frais d’inscription des étudiants étrangers à l’Université de Poitiers.
Au niveau social, plusieurs études ont montré que l’alphabétisation des mères agit positivement sur la santé maternelle et infantile et constitue un moyen de régulation de la démographie (Unesco, 2006 ; Unesco, 2007). La contribution « ÉTUDE DE L’IMPACT DU MANQUE D’ÉDUCATION DES MÈRES SUR LA SITUATION NUTRITIONNELLE DES ENFANTS ÂGÉS DE 0 A 59 MOIS EN CÔTE D’IVOIRE » de KONAN Maubah Stéphanie Carène et KOFFIÉ-BIKPO Céline Yolande abonde dans ce sens. En effet, leur étude montre qu’en Côte d’Ivoire, les régions sanitaires du Nord, Centre-Ouest et Nord-Ouest qui se distinguent par des prévalences de malnutrition infantile chronique accrues sont caractérisées par un taux d’analphabétisme chez chez les femmes en âge de procréer.
L’article de KOUGBEAGBEDE Thierry, MEHINTO Michel Mètonou et OGNIN Modeste relatif à la « PRATIQUE DE LA DISCIPLINE POSITIVE COMME ALTERNATIVE A LA PUNITION DANS L’ÉDUCATION PARENTALE POUR LE BIEN-ÊTRE ET L’ÉQUILIBRE PSYCHOLOGIQUE DE L’ENFANT A COTONOU (BÉNIN) » analyse les biens fondés de l’éducation parentale basée sur la discipline positive au détriment des pratiques endogènes punitives pour un développement psychologique harmonieux des enfants. Il ressort de leur investigation que plusieurs techniques relatives à la punition sont utilisées par les parents. Ces différentes techniques pour discipliner les enfants, développent chez eux des réactions émotionnelles et comportementales inadéquates pour leur vie adulte. En revanche, on constate que la discipline positive en tenant compte des stades, des dimensions et des manifestations du développement des enfants, influence positivement leur bien-être, leur équilibre psychologique, leur autodiscipline et leur sens de responsabilité individuelle.
Abordant l’ « APPROCHE CULTURELLE DES LOGIQUES DE SANTÉ AU PRISME DE LA VIE A L’ÉCOLE PRIMAIRE DANS LA COMMUNE DE TOFFO AU BENIN », la contribution de MELIHO Pierre Codjo, AGBODJAVOU Mena Komi et KPATCHAVI Codjo Adolphe pose le problème de la nécessité de la promotion de la santé à l’école. L’objectif de leur recherche est d’analyser les comportements et savoirs populaires qui renforcent la recrudescence des maladies hydriques à l’école dans la Commune de Toffo au Bénin. On retient de cette recherche que  l’analyse des savoirs endogènes thérapeutiques dans les sociétés Aïzo montre que ceux-ci, bien que ne suivant pas les normes recommandées par la santé publique, ne pourrait être négligés dans une prise en charge holistique des maladies hydriques.
En ce qui concerne l’étude de MOUNGUENGUI Faustin et MOMBO Thierry Wilfried intitulée « TRANSFERT D’APPRENTISSAGE, BIEN-ÊTRE ET RÉSOLUTION DE PROBLÈMES ARITHMÉTIQUES CHEZ LES ÉLÈVES DU PRIMAIRE DU GABON : L’EFFET DES HABILETÉS IMPLICITES », elle  a examiné les habiletés en manipulation arithmétique acquises à l’insu du sujet dans un cadre informel. Les résultats obtenus ont montré que les enfants qui disposent des habiletés opératoires implicitement acquises dans des situations informelles et concrètes sont plus performants que ceux qui ne bénéficient pas d’une telle expérience.
N’TAIN Yemou Jeanne essaie d’établir la relation qui pourrait exister entre le niveau de connaissance environnementale des élèves du primaire et leur conduite vis-à-vis du cadre de vie. Sa contribution intitulée « NIVEAU DE CONNAISSANCE ENVIRONNEMENTALE ET CONDUITE A L’ÉGARD DU CADRE DE VIE CHEZ LES ÉLÈVES DE L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE D’ABOBO » a permis de comprendre que les élèves de niveau de connaissance environnementale élevé, et donc formés en hygiène environnementale et ayant de surcroit à leur disposition des infrastructures d’hygiène, manifestent des conduites utiles vis-à-vis de l’environnement scolaire.
S’inscrivant dans la perspective de l’éducation pour tous, l’étude « LES DÉFIS LIES À L’INCLUSION SCOLAIRE DES ENFANTS  HANDICAPÉS AU BURKINA FASO : FAITS ET EXPÉRIENCES VÉCUES » de WAYACK-PAMBE Madeleine met en exergue les facteurs qui freinent l’inclusion scolaire des enfants handicapées au Burkina Faso. Les données mobilisées révèlent une situation en matière d’éducation des personnes handicapées précaire, même si des évolutions positives s’observent dans les plus jeunes générations, à savoir les 15-24 ans. Cette situation, il faut le dire n’améliore pas le bien-être des enfants en question.
A propos justement de bien-être, surtout le bien-être à l’école, nul n’ignore son importance pour tous les acteurs, qu’ils soient enseignants, apprenants, personnels administratifs ou techniques. Et l’étude « PERCEPTIONS DU BIEN-ÊTRE PAR LES ENSEIGNANTS DANS LES ÉCOLES DE FORMATION DES AGENTS DE SANTÉ EN COTE D’IVOIRE » de YEO Soungari, ANON N’guessan et YMBA Maïmouna essaie de voir comment, dans les écoles de formation des agents de santé, les enseignants perçoivent le bien-être.

2. VARIA

Parmi les moyens contraceptifs, il y a le condom dont l’utilisation semble faible chez les hommes. A travers son article intitulé « ATTITUDES SOCIALES D’EXPLICATION DE LA FAIBLE UTILISATION DU CONDOM DANS LA CONTRACEPTION CHEZ LES HOMMES DE KONGODEKRO (CENTRE-NORD COTE D’IVOIRE) », ANOUA Adou Serge Judicaël expose les facteurs explicatifs des attitudes sociales de la faible utilisation du condom et les actions capables de susciter son utilisation régulière dans la contraception chez les hommes. Quant à l’étude de KOFFI N’guessan Martial relative à l’ « APPROCHE ÉTHOLOGIQUE DE L’OBSERVANCE DES TRAITEMENTS DE PRÉVENTIONS DE LA CÉCITÉ DES RIVIÈRES CHEZ LES POPULATIONS DE LA SOUS-PRÉFECTURE DE TAABO : CAS DU VILLAGE D’AHIREMOU 1 », elle vise à montrer comment les facteurs comportementaux des populations et leurs origines peuvent influencer l’observance des traitements de l’onchocercose. KOUADIO Kouakou Jérôme, ANKO Affoué marie Paule, YROBO Yoro Jonathan et KOUASSI Kouakou Firmin s’inscrivent dans un autre registre, mais qui a aussi trait à la santé. Leur contribution « GROUPE SANGUIN ET OBÉSITÉ CHEZ DES SUJETS IVOIRIENS AGES DE 18 A 73 ANS RECENSÉS AU SERVICE D’ENDOCRINOLOGIE-DIABETOLOGIE DU CHU DE YOPOUGON » vise à examiner l’influence du groupe sanguin sur l’obésité.
Le paludisme est une maladie qui fait des millions de victimes en Afrique. Même s’il n’y a pas encore de vaccin, des connaissances et des comportements préventifs peuvent permettent de l’éviter. Et l’article de KOUAMÉ Téya et N’GUESSAN Gnagoran Kouakou Daniel intitulé « CONNAISSANCES ET COMPORTEMENTS PRÉVENTIFS DES POPULATIONS FACE AU PALUDISME EN MILIEU RURAL EN CÔTE D’IVOIRE » s’inscrit dans cette vision. Son objectif est d’identifier les connaissances et les comportements préventifs des populations enquêtées dans trois communautés rurales de la Côte d’Ivoire face au paludisme. Les résultats indiquent une confusion sur la cause du paludisme chez les populations enquêtées.
Dans une contribution intitulée « LA PHYTOTHERAPIE DES INFECTIONS SOMATIQUES HUMAINES COURANTES A BASSILA AU NORD-BÉNIN », LAFIA Amoussatou, SIDI Jacob et SAMBIENI N’koué Emmanuel essaient de présenter les savoirs endogènes et les usages thérapeutiques des plantes dans la commune de Bassila au Nord-Ouest du Bénin. Les résultats auxquels ils sont parvenus montrent une commune où l’offre biomédicale manque à prendre en compte entièrement la quête de soins des populations. N’GUESSAN Ahou Nina, à travers son étude « LES IMPLICATIONS ÉTHIQUES DU DON DE SANG. UNE ANALYSE A PARTIR DES PERCEPTIONS DE DONATEURS INSCRITS AUPRÈS DU CNTS A ABIDJAN (CÔTE D’IVOIRE) », s’intéresse à l’analyse de l’influence des perceptions du bénévolat sur la pratique du don de sang au CNTS d’Abidjan. Les résultats de l’étude indiquent que le bénévolat est perçu d’une part comme une contrainte morale et sociale, et d’autre part comme une réciprocité.
En Afrique, et particulièrement en Côte d’Ivoire, des femmes continuent d’accoucher à domicile, et ce, le plus souvent, malgré l’existence de maternités et de dispensaires dans leurs localités. Cette situation semble paradoxale et nécessite des éclaircissements. Et l’article de OUATTARA Kalilou intitulé « FACTEURS EXPLICATIFS DE L’ACCOUCHEMENT A DOMICILE DANS LE VILLAGE DE NAMASSI (NORD-EST DE LA CÔTE D’IVOIRE) » tente de donner des explications à ce paradoxe. La contribution « SECTEUR INFORMEL, CONDITION DE TRAVAIL ET RECOURS AUX SOINS DES JEUNES MIGRANTS A KABOÏLA I/ COMMUNE URBAINE DE SIKASSO (MALI) » de SAMAKE Charles, FOFANA Sory Ibrahima et DOUMBIA Siaka vise à déterminer les différents recours aux soins de santé de jeunes migrants à Kaboila I. Pour terminer TRA Bi Boli Francis et YAO Kouakou Daniel portent un regard sur les « RÉPRESENTATIONS SOCIALES DES INCIDENTS OPHIDIENS ET PARCOURS THÉRAPEUTIQUE CHEZ LES POPULATIONS RURALES GOURO DE BOUAFLE (CÔTE D’IVOIRE) ». Leur étude vise à analyser le lien entre la représentation que les populations ont des incidents ophidiens et particulièrement de la morsure des serpents et leur parcours thérapeutique. Les résultats indiquent que le recours à la thérapie des morsures de serpents est lié à l’interprétation que donne l’individu à la source de l’incident.
Au total, nous voudrions dire que ce quatrième numéro de la Revue Espace, Territoires, Sociétés, Santé (RETSSA) est extrêmement riche. La sélection des articles a été très rigoureuse. Et les meilleurs articles ont été retenus. Sur cette base, nous invitons la communauté universitaire, les responsables des ministères en charge de l’éducation et de la santé, les praticiens de l’éducation et de la santé, les organisations internationales de développement ainsi que les Organisations Non Gouvernementales à se le procurer le plus rapidement possible. Il s’agit d’un vrai chef-d’œuvre scientifique.
A toutes et à tous, bonne lecture pour que vive durablement la Revue Espace, Territoires, Sociétés et Santé (RETSSA)!

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES (OCDE), 2011, Comment va la vie ? Mesurer le bien-être.
ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (OMS), 1997, Rapport sur la santé dans le monde 1997. Vaincre la souffrance. Enrichir l’humanité, Genève.
ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (OMS), 1997, L’école et son rôle dans l’éducation sanitaire et la promotion de la santé en général, Genève.
ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (OMS), 2018, État de la santé dans la région africaine de l’OMS : analyse de la situation sanitaire, des services et des systèmes de santé dans le contexte des objectifs de développement durable ; Organisation mondiale de la Santé, Bureau régional de l’Afrique, Brazzaville.
ORGANISATION DES NATIONS UNIES (ONU), 2015, Résolution adoptée par l’Assemblée générale le 25 septembre 2015. Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030, New York.
ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ÉDUCATION (Unesco), 2006, Rapport mondial de Suivi de l’Éducation Pour Tous 2007, Paris, Unesco.
ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ÉDUCATION (Unesco), 2007, Rapport mondial de Suivi de l’Éducation Pour Tous 2008, Paris, Unesco.
ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ÉDUCATION (Unesco), 2016, Rapport mondial de suivi de l’éducation, Unesco, Paris.
ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ÉDUCATION (Unesco), 2017, Stratégie de l’Unesco sur l’éducation pour la santé et le bien-être : contribution aux objectifs de développement durable, Unesco, Paris.
ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ÉDUCATION (Unesco), 2018, Rapport mondial de suivi de l’éducation, Unesco, Paris.
 
 


Pour citer ce texte


Référence électronique
YEO Soungari et ANON N'Guessan,Éducation, santé et bien-être en Afrique , Revue Espace, Territoires, Sociétés et Santé ," [En ligne] 2019, mis en ligne le 30 Décembre 2019, consulté le 2020-05-29 18:50:30, URL: https://retssa-ci.com/index.php?page=detaileditorial&k=77






Système alimentaire urbain et santé en Afrique

Fermé

Education, santé et bien-être en Afrique

Fermé

Migration et santé en Afrique subsaharienne

Fermé

La santé dans le monde rural

Fermé

Dynamiques spatiales, sociales, territoriales et santé en milieu urbain

Fermé



5 ème  numéro Juin 2020


Si vous souhaitez proposer un dossier thématique, merci d'envoyer votre proposition à l'adresse e-mail suivante : rev.tssa@gmail.com.


Gretssa

IGT

Geotrope

Regards Sud

UFHB



Visiteurs

 Aujourd'hui 43
 Hier 52
 Semaine 336
 Mois 2256
 Tout 49086

  Actuellement 1 invités en ligne